la lumière saignée de la neige
26 février 2013





il y a une loi qui explique pourquoi les papillons sont attirés par la lumière, c’est à cause de la lune, je crois, c’est parce qu’ils se repèrent dans le monde entier des choses grâce à la lune, au loin, et qu’ils pensent, quand ils croisent certaines boules de feu immobiles, qu’il s’agit de la lune, mais si proche, comment est-ce possible, et puisque leur vol se règle en fonction de la distance par rapport à la lune, ils ne savent où aller et se cognent au réel, viennent et reviennent embrasser la lune de toutes leurs forces maintenant qu’ils l’ont trouvée, ce n’est pas pour la lune mais pour le feu camarade, ou est-ce la joie après avoir perdu la lune de la trouver si grande et belle ; faut-il leur dire qu’il ne s’agit que d’un leurre, faut-il leur dire que la lune est à même place et qu’elle continue de se déplacer, qu’elle n’est pas immobile plantée comme une ville sous la neige, non, je ne crois pas — mais je ne suis pas sûr de cette loi, de la légende des papillons, et moi je reste sous la lumière à attendre de la voir ressembler à la lune (je vois comme par moments elle saigne), cherchant le secret des papillons, ou de la lumière, ou de la neige, comme tout cela dessine une trajectoire de sortie vers la sortie, le ciel miraculeux des lunes qui viennent en plein jour danser avec la terre pour abolir la mélancolie des soleils couchants (et de ses étranges rêves, pareils à des grands soleils couchants sur les grèves).


arnaud maïsetti - 26 février 2013

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_lumière _nuit _Paul Verlaine _vies _visions continues