La Ville écrite | au soleil sans imposture
22 avril 2013




nm (in-po-steur)

1. Celui qui impose, qui trompe. C’est le plus grand imposteur du monde.

Fig.

Je vous conjure, mes frères, ne vous fiez pas au temps qui vous trompe, c’est un dangereux imposteur qui vous dérobe si subtilement que vous ne vous apercevez pas de son larcin. [Bossuet, Sermons]


Celui qui charge quelqu’un d’imputations odieuses, mais mensongères.

Un roi sage, ennemi du langage menteur, Écarte d’un regard le perfide imposteur. [Racine, Esther]
Celui qui tâche de tromper en débitant une fausse doctrine.
[Mahomet]
Imposteur à la Mecque, et prophète à Médine. [Voltaire, Le fanatisme, ou Mahomet le Prophète]


Celui qui tâche de tromper en se parant des dehors de la vertu.

L’Imposteur ou le Tartuffe, comédie en cinq actes, Titre d’une comédie de MOL.
On me reproche d’avoir mis des termes de piété dans la bouche de mon imposteur. [Voltaire, Préface du Tartuffe.]


Celui qui tâche de tromper en se faisant passer pour un autre qu’il n’est.

Le monde aujourd’hui n’est plein que.... de ces imposteurs qui.... s’habillent insolemment du premier nom illustre qu’ils s’avisent de prendre. [Molière, L’Avare]


Adjectivement.

Prêt d’imposer silence à ce bruit imposteur. [Racine, Iphigénie en Aulide]

2. L’imposteur, ou le spare trompeur, dit aussi filou (poissons acanthoptérygiens).


que faut-il à l’homme ?

(du jour, de la nuit – et entre les deux, une porte où pouvoir passer, et la question adressée au-devant de soi)

tromper la nuit avec le jour, et le jour avec sa propre nuit : tromper le temps, mais avec qui ? Passer pour un autre, comme par exemple soi-même.


arnaud maïsetti - 22 avril 2013

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_La ville écrite _solitudes _ville