Le Client #5 | « Qu’espérez-vous tirez de moi ? »
2 août 2013




Le Client #5


Cinquième réplique du Client

« 
Qu’espérez-vous tirer de moi ?

Tout geste que je prends pour un coup s’achève comme une caresse ; il est inquiétant d’être caressé quand on devrait être battu.

J’exige qu’au moins vous vous méfiiez, si vous voulez que je m’attarde.

Puisque vous prétendez par hasard me vendre quelque chose, pourquoi ne pas douter d’abord que j’aie de quoi payer ?

Mes poches, peut-être, sont vides ; il eût été honnête que vous me demandiez premièrement d’étaler ma monnaie sur le comptoir, comme on fait pour les clients douteux.

Vous ne m’avez rien demandé de tel : quel plaisir tirez-vous du risque d’être abusé ?

Je ne suis pas venu en ce lieu pour trouver de la douceur ; la douceur fait le détail, elle attaque par morceaux, elle dépèce les forces comme un cadavre en salle de médecine.

J’ai besoin de mon intégrité ; la malveillance, du moins, me gardera entier.

Fâchez- vous : sinon, où puiserai-je ma force ?

Fâchez-vous : nous resterons plus proches de nos affaires, et nous serons sûrs que nous traitons tous deux la même affaire.

Car, si je comprends d’où je tire mon plaisir, je ne comprends pas d’où vous tirez le vôtre.

(etc.)

 »


arnaud maïsetti - 2 août 2013

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_Bernard-Marie Koltès _caresses _lecture (enregistrée) _solitudes _ville