Nouveaux Mondes | La Création [3] — récit des Navajos
30 avril 2014




Poursuite de la retranscription de l’’émission de radio Sur les épaules de DarwinLe Nouveau Monde (2), réalisée par Jean-Claude Ameisen, et diffusée sur France Inter le 22 mars 2014.

Ici le récit des Navajos, ou Navahos — comment l’invention du monde est un rite de passage : et le passage même qui est à la fois enfoncement, enfouissement (ô Dante), et élévation, recherche d’un territoire à peupler, à habiter, à emplir des récits qui diront de quoi ici est fait, et le terme du voyage, et l’initial d’un autre trajet vers la mort, l’initiation de la vie que le récit en entier a récité et contient, déjà — appelle.


« Du Blanc se leva à l’Est, et ils pensèrent : c’est le jour.
Du Bleu se leva au Sud, c’était encore le jour pour eux.
Et ils se mirent en marche.
Du Jaune se leva vers l’ouest, et ils virent que c’était le soir.
Alors du Noir se leva du Nord, ils se couchèrent et dormirent. »

Ainsi commence le chant de l’émergence, le chant de la création du monde de la Nation Navajo.

De ce premier monde, celui des fourmis noires et des fourmis rouge, et des libellules et des scarabées d’or et des scarabées noirs, et des chauves-souris et des criquets, les futurs êtres humains sont chassés, et ils passent alors dans le deuxième monde.

« Le premier monde était Rouge (dit le récit),
Le deuxième monde était Bleu.
Le deuxième monde appartenait au peuple des hirondelles. 
 »

Et ils en sont aussi chassés.

« Ils arrivèrent au ciel du deuxième monde (dit le récit),
et ils ne virent aucune issue.
Comme ils tournaient en cercle sous le ciel, une tête blanche sortit du ciel
et les regarda.
C’était Nil-Tsi : le Vent.
Il leur dit que s’ils volaient vers le Sud, ils trouveraient une ouverture.
C’était une fente étroite dans le ciel, ils s’y glissèrent,
et sortirent dans le Troisième Monde.
 »

La couleur du Troisième Monde était le Jaune.
Les sauterelles vivaient là.

« La Vingt-Quatrième Nuit, un des étrangers ne put s’empêcher de rendre visite à la femme d’un des Chefs Sauterelles, et de nouveau, ils furent chassés. »

Ils entrent alors dans la Quatrième Monde, qui est notre Monde.

« Les couleurs du Quatrième Monde étaient les mêmes que dans les trois autres, mais la durée des couleurs du ciel était différente.

Dans le Premier Monde, le Blanc, le Bleu, le Jaune, et le Noir avaient tous la même durée ; dans le Second Monde, le Bleu et le Noir duraient un peu plus longtemps que le Jaune et le Blanc ; dans le Troisième Monde, le Bleu et le Noir duraient plus longtemps encore ; dans la Quatrième Monde, il ne restait qu’un peu de Blanc et qu’un peu de Jaune — le Bleu et le Noir occupaient presque toute la durée du Jour. »

Il n’y avait encore ni Soleil, ni Lune, ni Étoiles.

« Tard dans l’automne, ils entendirent à l’Est une Grande Voix.
Ils écoutèrent.

Et de nouveau ils entendirent une Grande Voix.

Ils l’entendirent encore.
Et encore.
Ils l’entendirent plus forte et plus proche chaque fois.

Quatre Êtres alors leur apparurent.

Le premier Être était Corps Blanc : un être en tous points semblable à Al-Tsé-Yalti : Notre Dieu.
Le deuxième Être était Corps Bleu : un être en tous points semblable au dieu Toné-Ni-Li.
Le troisième Être était Corps Jaune, et le Quatrième Être Corps Noir était semblable aux dieux du Feu, dont le nom aujourd’hui est Al-Tsé-Si-Ni.
Et les Êtres leur dirent :

« Nous voulons créer un nouveau peuple qui nous ressemble. Vous avez un corps comme nous, mais vous avez des dents, des pieds, et des griffes de bêtes. Nous voulons créer des êtres avec des mains, comme nous. Vous êtes sales, vous sentez mauvais : lavez-vous. Nous reviendrons dans douze jours. »

Le matin du douzième jour, les douze peuples se lavèrent, les femmes se séchèrent avec de la farine jaune, les hommes avec de la farine blanche, alors ils entendirent la voix des Dieux qui approchaient.

Corps Bleu et Corps Noir portaient chacun une peau sacrée ; Corps Blanc portait deux épis de maïs : un épis blanc et un épis jaune ; et Corps Jaune ne portait rien. Les Dieux étendirent une peau de bête sur le sol, la tête était tournée vers l’Ouest. Sur la peau, ils placèrent les deux épis, la pointe des épis vers l’Est, et ils les couvrirent de la deuxième peau de bête. Ils dirent à tous de s’éloigner pour laisser venir le Vent.

Le Vent Blanc souffla de l’est, le vent Jaune souffla de l’Ouest, entre les peaux, sur les épis.

Les deux vents soufflèrent et huit êtres des peuples des mirages firent quatre fois le tour des peaux, et les plumes d’aigle qui les séparaient bougèrent.

On enleva les peaux.

Premier Homme et Première Femme étaient là.

Ce fut le vent qui leur donna la vie.
C’est le vent qui souffle dans nos bouches maintenant, qui nous donne la vie.
Quand il cesse de souffler, nous mourrons.
Le bout de nos doigts porte la trace du vent.
Et par lui, nous voyons dans quelles directions allaient leurs souffles quand ils sont nés. »

femme Navajo

arnaud maïsetti - 30 avril 2014

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_Amériques _aura & ailleurs _indiens _la création _Nouveaux Mondes