Karl Marx | les confessions
5 juin 2015




Dans l’Angleterre Victorienne, c’est une habitude courante de la bourgeoisie de Londres : un autoportrait par réponses courtes aux mêmes questions. La superficialité de ce questionnaire si général peut désarmer, ou dévisager.

Au printemps 1865, Marx est à Londres ; écrasé par le travail, il n’a sans doute pas le temps pour ces jeux : mais sa fille Jenny (qui sera plus tard, militante, féministe et artiste de théâtre), insiste, c’est elle qui recopie les réponses de sa main. Elles ont été publiées après la mort de Marx, sous le titre : Confessions

Ses réponses ne disent rien de sa vie, de son œuvre, de son caractère. Mais témoignent peut-être de la douceur qu’il faut pour chercher en soi-mêmes les forces de penser le monde et ceux qu’il écrase.


Extrait de l’émission sur France Culture Une vie, une œuvre, 2015

— La qualité que tu apprécies le plus : la simplicité

— Chez un homme : la force

— Chez une femme : la faiblesse

— Ce qui te caractérise le mieux : La ténacité

— Ton occupation préférée : Faire des œillades à ma cousine Netchen. Dévorer des livres.

— Le vice que tu détestes au plus haut point : La servilité

— Celui que tu pardonnes le mieux  : La crédulité

— Ton idée du bonheur : Combattre

— Du malheur  : Se soumettre

— Ton poète favori : Dante, Eschyle, Shakespeare, Goethe

— Ton prosateur préféré  : Diderot, Lessing, Hegel, Balzac

— Ton héros : Spartacus, Kepler [1]

— Ta couleur préférée : Rouge

— Ta couleur d’yeux préférée  : Noir

— Ta maxime : « Nihil humani a me alienum puto » (rien de ce qui est humain ne m’est étranger) (Terence)

— Ta devise préférée  : « De omnibus dubitandum » (Douter de tout)


arnaud maïsetti - 5 juin 2015

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




[1Astronome allemand

par le milieu

_écritures & résistances _Karl Marx _la douceur _politiques & commune _Voix nue