La Ville écrite | Queer-anarco (squatters)
7 février 2016


où aller ?

« (…) où aller, pas d’autre solution, et moi, j’ai repéré, depuis que je ne travaille pas, toute la série de zones que les salauds ont tracé pour nous, sur leurs plans, et dans lesquelles ils nous enferment par un trait au crayon, les zones de travail pour toute la semaine, les zones pour la moto et celles pour la drague, les zones de femmes, les zones d’hommes, les zones de pédés, les zones de tristesse, les zones de bavardage, les zones de chagrin et celles du vendredi soir, la zone du vendredi soir que j’ai perdue depuis que j’ai tout mélangé, et que je veux retrouvé tant j’y étais bien, au point que je ne sais pas comment te le dire (…)" [1]

alors avec les doigts et la langue et tout le corps, dessiner les contours d’un endroit où vivre serait possible, ici par exemple, et parce qu’ils ont décidé que ce serait un parking et que ce serait privé, ici serait bien – et tant pis pour le cadastre.

et puis gloire à John Henry Mackay

et Adolf Brand

et Lucía Sánchez Saornil.


arnaud maïsetti - 7 février 2016

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




[1Bernard-Marie Koltès, La Nuit juste avant les forêts, 1977.

par le milieu

_écritures & résistances _La ville écrite _Marseille _murs _politiques & commune _ville