La Ville écrite | pour une vie avant la mort
8 avril 2016


Marseille, nettoyage urbain réhabilitation, suite.

Ici, ce seront bientôt des hôtels quatre étoiles, des brasserie de luxe, des que sais-je – là où Noailles se jette vers le Vieux-Port. L’entreprise patiente de fabriquer la ville contre ceux qui y vivent, ceux qui la vivent, est sans répit.

Alors les mots qu’on y écrit ne valent pas grand chose face aux pelleteuses, on le sait bien.

Mais ils vengent du moins les dessins d’architecte et les mots propres qu’on a imprimés à grand frais. Ils prennent date. Ils notent l’agenda politique des années futures. Ils jalonnent. Ils appellent.

Sur l’image, odeurs d’un marché à vif, et la mer qui vient battre tout près.











arnaud maïsetti - 8 avril 2016

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_colère _foules _La ville écrite _Marseille _peuple _ville