La Ville écrite | eau feu et quarante-neuf trois
19 juin 2016


Brûle la ville de l’intérieur. Les foules n’ont pas besoin d’autres combustions que les crachats du pouvoir ; et sur les braises souffle le vent encore, et encore – toute la journée d’hier, et ce soir davantage. Les révolutions attendent peut-être que la terre s’allie à l’air, et que l’eau dans le feu se creuse.

Marseille, près de l’avenue de Rome.

Les gens qui passaient faisaient semblent de ne rien voir, mais emportaient avec eux la cendre chaude qui sera, oui, la marque de ces jours.


arnaud maïsetti - 19 juin 2016

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_Fiction _La ville écrite _Marseille _ville