La Ville écrite | Mordre
30 décembre 2016



On ne mordra jamais assez dans son propre cerveau.
Tristan Tzara, Littérature

Mordre la ville : déchirée en deux, la ville, entre ses murs et ses rues, plaies à travers lesquelles ils passent, ceux qui intérieurement sont mordus par la ville elle-même, qui en eux passe : et dans ces déchirures striées, d’autres morsures encore : celles qui n’existent pas encore.


Je déteste les gens qui ont un chien.
Ils sont lâches et n’ont pas le courage de mordre les gens eux-mêmes.
August Strindberg, Journal occulte

Mordre : c’était le mot d’ordre. Aller dans l’épaisseur des choses et aller encore, davantage, et davantage mordre. C’était rejoindre. C’était – non pas ne faire qu’un mais – se confondre avec. C’était aussi : déchirer dans la plaie même des choses et ouvrir en deux, multiplier le sens de la vie, en disperser les possibles. Mordre toujours, et à jamais être la morsure et ce qui mord, conjurer la mort qui achève tout, cicatrise et endort, quand mordre fait battre la pulsation des choses en soi toujours vives.


Aboyer, solliciter au mal, tout cela est dans les moyens du diable ;
mais ne peut mordre seulement qui veut être mordu.
Saint Augustin, Sermon

arnaud maïsetti - 30 décembre 2016

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_Augustin _La ville écrite _murs _Paris _Strindberg _Tristan Tzara _ville