Relire Koltès | Utopies politiques
6 avril 2013



Parution ce printemps 2013 de l’ouvrage collectif Relire Koltès, sous la direction de Marie-Claude Hubert et de Florence Bernard, édité aux presses universitaires de Provence – issu des actes du colloque du même nom, qui s’est tenu au printemps 2012.

J’y propose une lecture des utopies politiques de l’œuvre.


Présentation de l’ouvrage par l’éditeur

Bernard-Marie Koltès continue d’inspirer les metteurs en scène, les comédiens et les universitaires, en France comme à l’étranger. Cette reconnaissance repose sur l’équilibre que son oeuvre ménage entre une certaine tradition théâtrale et littéraire, et un goût de l’expérimentation confirmé par les voyages et par les rencontres qui ont émaillé sa vie. Cette écriture est étudiée selon deux axes, la dramaturgie et l’intertextualité, par des spécialistes reconnus du théâtre et de la linguistique, et par de jeunes chercheurs dont le regard neuf stimule la lecture d’une oeuvre passionnante.


Sommaire

Une dramaturgie « au pluriel »
— Michel Corvin, Comment l’espace écrit les pièces de Koltès
— Arnaud Maïsetti, Bernard-Marie Koltès – Utopies politiques : « Il faudrait être ailleurs »
— Benoît Barut, Pratique et poétique de la didascalie koltésienne
— Marie-Claude Hubert, Tragique et tragédie dans le théâtre de Koltès
— Michel Bertrand, Ambivalences et ambiguïtés dans Combat de nègre et de chiens
— Florence Bernard, « Loin de la froideur, des larmes et du sinistre des cimetières occidentaux ». La mort dans l’œuvre de Koltès
— Joëlle Chambon, Tout ne va pas pour le mieux dans la maison Koltès
— Marie-Hélène Boblet, Du dialogique au dialogal

Métissage textuel
— Éric Eigenmann, Pour une rhétorique de Koltès, L’involution du chiasme
— Jérémie Majorel, Un théâtre de l’asymétrie (Dans la solitude des champs de coton)
— Cyril Desclés ; De l’influence des films de kung‑fu sur la dramaturgie de Koltès. L’hypothèse de la pensée chinoise
— André Petitjean et Sabine Pétillon, Quelques formes de dialogisme interdiscursif dans l’œuvre de Bernard-Marie Koltès. L’exemple des énoncés proverbiaux
— Audrey Lemesle, La réécriture du Cantique des cantiques dans La Marche. Koltès sur la voie du théâtre
— Christophe Meurée, Ici prend fin le monde et commencent les enfers Quai ouest
— Marie Hartmann, Les Testaments en pièces
— Yannick Hoffert, Roberto Zucco /Hamlet. Résonances et diffractions


arnaud maïsetti - 6 avril 2013

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu