La Ville écrite | utile ?
1er octobre 2018


car cherchant cherchant cherchant, est-ce vraiment dans tout qu’on aura chance de trouver, avec ce risque d’être utile à sa propre servilité – point d’interrogation posée comme une cigarette sur le rebord de la table quand soudain il faut noter sur le carnet griffé et illisible cette idée qui traverse (la cigarette se consumera toute seule) (d’ailleurs, je ne fume pas)

cherchant cherchant cherchant, on finira bien plutôt par nommer, désigner, agrandir la question, la retourner, forger des armes, inventer des outils qui ne serviraient que pour forger des armes et inventer d’autres outils, fabriquer des mots à mains nues, et des désirs, et des corps à mains nues aussi, et des morsures, et des nuits aussi, et des nuits qui n’existent pas encore, et le ciel renversé, et le jour renversé aussi, au fond duquel on cherchera encore les moyens de le renverser encore

utile, le point d’interrogation se levait comme une insulte de plus : nous, on répondrait bien surtout pas, surtout pas à ton utilité à toi, de monde qui n’existe que pour servir à servir, servir les maîtres et leurs soifs de détruire, il faudrait plutôt travailler à l’inutilité, qui rendrait utile la tâche de chercher d’autres usages du monde.

accompagne un jeune, proposer la ville et aurait voulu la prendre au mot : l’accompagner, mais où ; et dans quelle marche vers quelle utilité ; accompagne un jeune : oui, c’est ce qu’il aurait fallu : la nuit, à déchirer les affiches qui nous renvoyaient chacune à notre inutilité congénitale, à notre stérilité essentielle, à notre nullité de zéro pointée vers le front en attendant de presser la détente.


arnaud maïsetti - 1er octobre 2018

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_colère _La ville écrite _Marseille _murs _politiques & commune _université