La Ville écrite | faites la révolution (pour deux mille euros)
3 février 2019



Jusqu’à deux mille euros (au-delà, ce doit être comme dans les cartes anciennes : le gouffre, le vide libéral, les monstres aux mains invisibles) – jusqu’à deux mille euros, cela veut peut-être qu’on peut recevoir un euro (c’est entre zéro et deux mille) pour une œuvre commise au nom de la révolution.

Le jour où la révolution était devenu un thème, on aurait dû se méfier. L’injonction politique faisait du politique une image à colorier (en suivant les traits et sans dépasser). Dans un monde où tout est politique, plus rien de ce qui est politique ne l’est plus – les forces du conflit, l’invention des mondes impossibles, les puissances de la contre-histoire. Tout cela n’est plus qu’un vague cahier des charges à remplir.

Ce qui est le plus insultant dans ces affiches, ce n’est pas tant qu’elle émane des lieux même où il pourrait s’agir d’enseigner l’arme de penser contre le monde, ni qu’elles traduisent tous les mots en slogans, ni même qu’elles fassent du mot révolution la petite notation légendaire d’une joli explosion de rien dans le vide, ni enfin qu’elles ornent la porte des toilettes du restaurant universitaire – ce serait peut-être le fait qu’elle n’ait pas encore été arrachées.

Jusqu’à deux mille euros, et de nombreuses récompenses – le point d’exclamation, il faudrait le prendre et en faire une lance.


arnaud maïsetti - 3 février 2019

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu