Jonas Mekas | pour ça que tu vis
26 mars 2019


Jonas Mekas, Guns of the trees

— Argus : La vie elle-même est beauté et vérité, Frances.
— Frances : La vie n’est qu’une agitation quotidienne, l’agitation d’un jour. Ce n’est qu’un bol de futilités. Que veux-tu apprendre de ça ?
— Argus : Mais tu devrais apprendre que les petites gens n’apprennent pas de l’agitation quotidienne, du travail futile, et ainsi de suite, mais les gens comme toi et moi doivent apprendre quelque chose de tout ce qui se passe.
— Frances : Pourquoi devrais-je apprendre à vivre avec la douleur ?
— Argus : Tu souffres tout le temps ? Pourquoi penses-tu toujours à la souffrance, Frances ? N’es-tu jamais heureuse ? Réponds-moi. N’es-tu jamais, jamais heureuse sur une période de trois mois ? Pas un seul jour en trois mois ? C’est pour ça que tu vis. Vis, c’est tout, oublie tout. Vis, laisse couler, comme on dit. Ne t’inquiète pas pour ça, bébé, vis…


arnaud maïsetti - 26 mars 2019

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_joie & douleur _visages _visions continues