Pierre Michon | « Le réservoir de mon enfance » (À voix nue #1)
14 septembre 2019



Pour archive personnel et travail en cours, la voix de Michon déposée autrefois à la radio, et ce qu’elle laisse entendre.


Présentation par France Culture :

Premier épisode de la série "A voix nue" avec Pierre Michon consacré à la maison des Cards et autres lieux emblématiques de l’enfance de l’écrivain qui répond aux questions de la productrice de Colette Fellous de France Culture, en novembre 2002.

Pierre Michon évoque dans ce premier épisode de la série "A voix nue" qui lui est consacré la maison des Cards, devenue un lieu mythologique, pas très facile à habiter. Cette maison natale a aussi été une tombe, un temple, un "réservoir de deuil" dans son enfance. Il raconte avoir ressenti la nécessité d’y vivre pour se libérer de tout ce deuil. C’est la maison de ses grands-parents. Son livre Les vies minuscules fait vivre cette région.

Son besoin d’en finir avec tout le deuil associé à sa famille, en les transformant en quelque chose de mythologique, par le biais de son roman. Sa mère a lu ce livre. L’amour pour sa fille remplace celui de sa mère. Son regret que sa mère n’ait pas été libérée par ce livre. Il pense qu’il a empêché sa mère de vivre. Rien ne se fonde, dans la littérature et l’art, sans sacrifice.

Le mensonge ne peut pas être évité : "On ne peut dire vrai sans mentir". Michon estime que Victor Hugo a parlé magnifiquement de la filiation, il aimait autant ses proches disparus que les vivants. Il aime dégager la joie au sein de chaque personne. Il dit qu’il n’écrit pas beaucoup et cite Guy Debord.


arnaud maïsetti - 14 septembre 2019

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_Pierre Michon _Voix nue