ne serait-ce qu’implorer son rêve,
22 avril 2020



19 octobre 1917. — Rayon de soleil de félicité.

Faiblesse de ma mémoire pour les détails et le développement de ma propre manière de concevoir le monde — très mauvais signe. Rien que les fragments d’un tout. Comment veux-tu, ne serait-ce que toucher à la plus grande des tâches, comment veux-tu ne serait-ce que sentir sa proximité, ne serait-ce que rêver son existence, ne serait-ce qu’implorer son rêve, ne serait-ce qu’oser apprendre les lettres de la prière, si tu n’es pas capable de te ressaisir de telle sorte qu’une fois le moment décisif venu, tu tiennes tout ton être dans une seule main comme une pierre à lancer, comme un couteau prêt à tuer ? Toutefois : il n’est pas nécessaire de se cracher dans les mains avant de les joindre.

Kafka, Journal

Haine de l’intériorité — phrase répétée comme un horizon, le critère à la mesure duquel peser chaque chose (des années accompagnées par un tel juge de paix : attendant peut-être des jours comme ceux-ci pour s’éprouver dans son âpre vérité, incontestable). L’autre boussole de ces jours qui attendaient le naufrage pour servir avec nécessité, c’est ce texte de W. Benjamin sur Le caractère destructeur, sa force vitale : « Le caractère destructeur est l’ennemi de l’homme en étui. Ce dernier cherche le confort, dont la coquille est la quintessence. L’intérieur de la coquille est la trace tapissée de velours qu’il a imprimée sur le monde. Le caractère destructeur efface même les traces de la destruction »  [1] Pas besoin d’autres étoiles d’autres bergers ; avancer dans le jour le jour des nuits sans lendemain, avec cette haine doublement portée devant soi comme antidote à toutes les tentations du repli, du chez-soi, de l’enfermement comme vertu.

Bien sûr qu’ils appellent — implorent — à ce qu’on en profite : la loi du profit leur sert de syntaxe à leur grammaire d’exploiteur. Qu’on trouve un bénéfice : qu’on mise sur cet investissement de soi pour soi. Qu’on soit son propre actionnaire du temps confiné. Bien sûr. Le matin, écouter Le monde ou rien, mais très fort, pour couvrir les matinales du réveil mises par mauvais réflexes, en vague fond et qui tombent sur soi comme l’eau devenue sale au contact de la peau.

La haine, cela voulait dire aussi : le désir, l’envers absolu. Elle dit qu’on meurt toujours au-dedans des choses, que le dedans est fait pour cela, et pour la punition, et pour l’enfer. Que le dedans est l’endroit où tout pourrit.

Rêve : oublié.

Il y avait bien des images : le cinéma bondé, alors je rentre (mais je me perds et trouve refuge dans un cinéma — c’est le même : j’avais pourtant marché loin) ; la pluie, très forte et soudaine, mais le ciel était dégagé ; un homme se penchait sur moi, immobile, allongé, pour me parler, il s’approchait de mon oreille, je fermais les yeux plus fort encore pour le faire partir, il ne disait rien, seulement qu’il avait besoin de me dire quelque chose, quelque chose que je n’oublierai pas de sitôt (la formule : pas de sitôt, il la disait en riant, froidement).

Rien que des scènes coupées au montage. Mais au réveil justement, j’aurais cette coupure nette au doigt de la main gauche qui rendra douloureux tout geste fait avec la main fermée ; coupure que je n’avais pas la veille en me couchant. La preuve qu’il s’est passé bien des choses, cette nuit.

J’ai oublié la phrase d’Henri Michaux. Elle disait quelque chose comme : il faut beaucoup d’aujourd’hui et de lendemain pour rattraper après demain. Ce n’est pas la phrase exacte. Rien ne peut l’être de toute façon.

Oui, peut-être que toute la stratégie — celle qui annonce les cadavres comme les jours de fin de ces jours : à heure fixe, et toujours provisoirement, pour mieux repousser le compte, nous tenir à leur merci, docile et passif, avec chantage à la mort — est bien celle de nous faire glisser dans le renoncement, d’acquiescer à notre propre oubli. Peut-être que ce mot de glisser dit le tout de ces jours. Et qu’il donne aussi la force de trouver d’autres mots (mais quel est le contraire de glisser ?)

Arrêter, freiner, immobiliser ; enlever, extraire, retirer ; approfondir, appuyer, creuser, insister. Aucun ne convient évidemment. Il faudra inventer. Le soleil posé là-haut battait dans le vent une mesure inaudible. Le contraire de glisser, c’est peut-être : ce mouvement au moment où on sombre dans le sommeil et qu’il ne faut pas (parce qu’on conduit ; ou parce qu’il faudra bien finir par écrire ce moment où Saint-Just prend la parole ce 13 novembre 1792, pour la première fois à la Convention — « J’entreprends, Citoyens, de prouver que le roi peut être jugé » (etc.) — et les silences après cela) : mais non, il ne faudra plus d’il faudra, non, pas d’il faudra, plus jamais.


arnaud maïsetti - 22 avril 2020

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets