oh ! les pierres précieuses qui se cachaient
14 juillet 2021



Aussitôt après que l’idée du Déluge se fut rassise,
 Un lièvre s’arrêta dans les sainfoins et les clochettes mouvantes et dit sa prière à l’arc-en-ciel à travers la toile de l’araignée.
 Oh ! les pierres précieuses qui se cachaient, — les fleurs qui regardaient déjà.

Rimb, Après le Déluge

On ne sait pas quoi faire de ce jour : il est toujours trop lent, trop lourd comme un ciel qui précède l’orage (on sait qu’aucune pluie n’en tombera) : oui, ciel increvable appelé à recommencer sans s’accomplir jamais. Puisqu’il serait trop simple de décider ce que serait ce jour, il nous faut faire avec ce qu’ils en ont fait. Alors peut-être que ce jour est comme les autres, mais en pire. On pense aux prisons arrachées à mains nues, mais ce n’est pas cela qu’ils fêtent évidemment, la brutalité politique du soulèvement qui est sans doute même le contraire de ce qu’ils célèbrent dans le bel ordonnancement des patrouilles aériennes. Le Quatorze juillet a autrefois eu lieu deux fois : sur les boulevards et dans le feu d’abord, les murailles qu’on éventrait non pour libérer les quelques fous, mais pour venger dix siècles d’arbitraire ; et l’année suivante, sur un Champs de Mars apaisé, les serments d’union devant les pouvoirs que l’insurrection avait voulu renverser. On est le rejeton de ce hoquet et on voudrait seulement qu’il pleuve.

Sur ces jours, ce sont les deuils qui recouvrent tout, nomment ces heures. Je n’ai pas souvenir d’un été sans deuil ; juillet possède pour lui le poids de la terre qu’on jette sur les corps qu’on pensait éternels. C’est ainsi. Il est juste que ce soit le mois aussi où la nuit recommence à gagner sur le jour.

Image de la France : dans ce village des Alpilles, on a dessiné la carte avec des pierres. Décidément, le monde est ainsi fait que les frontières correspondent : chaque pierre signe un territoire. Que faire de cette image aussi ? Pays comme pierre. Si aucune pierre ne ressemble à une autre, il s’agit à chaque fois de pierres, non ? Il faudrait jeter des pierres sur les pierres, on les verrait se multiplier. On les ramasserait. On les jetterait sur autre chose que des pierres ; sur la première prison levée devant soi par exemple. Les pierres n’ont pas la même densité, et nous autres, pas la même force dans l’épaule pour la projeter avec la même force. Si la Bastille était une image, un symbole, les cadavres n’en étaient pas devant elles qui sont tombés afin que ce symbole soit un appel capable de servir après sa fin. Où trouver des pierres, et où la force de les jeter ?


arnaud maïsetti - 14 juillet 2021

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets