arnaud maïsetti | carnets

Accueil > FICTIONS DU MONDE | RÉCITS > Anticipations > anticipation #48 | rejoindre (le pont)

anticipation #48 | rejoindre (le pont)

jeudi 14 avril 2011


C’était rejoindre qu’il fallait, rejoindre coûte que coûte — peu importait le reste : le reste, on le laissait dans le vide qu’on enjambait, sans un regard. Rejoindre, il ne fallait pas davantage que ce mot. Quel pays, quelle terre de quel lointain ? Rejoindre suffisait ; on ne demandait rien de plus.

De grands mouvements soudain sur tout le continent : c’étaient quelques voitures d’abord, puis des centaines. On s’était passé le mot si vite — et le mot, c’était seulement : rejoindre, on part rejoindre.

Ici devenait trop compliqué, trop sûr, trop envisagé depuis des siècles. Ici, c’était là où l’on naissait — cela n’en faisait pas une raison suffisante pour y mourir aussi. Ici, il fallait se rendre à l’évidence : ça ne fonctionnait pas. Ce monde dans son organisation complète n’y parvenait pas. On avait cessé de blâmer quiconque. Et puis, on était soi-même en partie responsable. Mieux valait partir.

Un grand pont comme on en voit parfois dans les images, quand l’image ne parvient pas à faire voir le pont dans son entier, du début jusqu’à la fin — un pont assez haut pour qu’en se penchant on n’y voit pas la terre en bas. Un pont face au soleil, où que le soleil se trouve, de sorte qu’impossible de le voir longtemps, le pont : c’est ainsi — ce pont s’était dressé sur un bout de terre qu’on avait négligé comme s’il avait été là depuis toujours. Il était là depuis toujours, avait-on fini par se persuader. Sinon, quelle logique ?

Il fallait que l’histoire arrive à ce terme précisément pour que le pont se laisse voir : et maintenant, on ne voyait que lui, c’était fatal. Le pont emmenait : où ? — peu importe. On n’allait pas là pour revenir et témoigner. On n’avait plus cet orgueil. Les montagnes, on les avait gravis pour redescendre et dire : la hauteur. Et alors ? On avait bien compris ensuite les conséquences stériles de cela — et on avait retenu la leçon. Cette fois, non, le pont emmenait, et voilà tout.

Rejoindre donc, et c’étaient des files entières de voitures maintenant, presque vides de bagage — là-bas, sûr qu’on trouverait bien de quoi. Ne pas y penser : penser seulement : rejoindre, et ce qu’on devait rejoindre arrivera bien assez tôt pour y penser.

Personne ne s’opposait au mouvement — le pont était là, pour quoi d’autre ?

Rejoindre, parce qu’ici on ne le pouvait pas. On était toujours même endroit même place, même siècle déroulé jusqu’à nous pour qu’on le recueille et le transmette identique : oui, à quoi bon ? Ici avait été conquis, apprivoisé, peuplé, à peine agrandi. Il restait le ciel mais le ciel était vide, on le voyait d’ici. Là-bas, on ne voyait pas ce qui s’élargissait. On y allait, c’était rejoindre.

Qu’on imagine cela comme une fête sans joie, non une tâche, mais simplement la suite logique des choses accomplie avec gravité par ceux qui étaient appelés : seulement, on l’était tous, appelés. Restaient les quelques uns désireux d’une autre tâche, celle de continuer le monde ici, mais rien ne continuait que l’histoire semblable et les terres identiques. Quand ils l’auraient compris, ils finiraient par rejoindre le mouvement, eux aussi.

Ce qu’on rejoignait, c’était évidemment une part de nous qui attendait là-bas que le temps recommence, dans le désir sauvage des terres nues, des canibalismes sans mot de la langue, cet état de rêve qu’on trouve au sommeil quand il disparaît et qu’on ne sait plus. Une part de nous attendait là-bas que s’accomplisse quelque chose comme une origine éprouvée après la fin de tout, chose entière du monde.

Alors rejoindre, c’était : là, de l’autre côté du pont, ce qui commençait de nouveau.


Messages

  • angoisse du texte qui suivra celui-ci (ou bien plus tard peut-être), le fera chuter - pas même, l’annulera en amont - et si ce texte ne venait pas je crois que mon angoisse, en tous les cas, suffirait.

    • Si j’essayais de réunir en deux points ce qui me frappe dans ce texte, et dans les anticipations et les carnets en général, je dirais :

       d’abord, un idéalisme qui part de notre moment même, pas l’abstraction ni le compte-rendu, mais ce qui est entre les deux (votre relation entre photos et texte presque sans référent), une transition, une rêverie au sens où quelqu’un passant à travers les choses décide d’y voir plus qu’elles, mais sans pour autant les laisser sur le côté, voulant tout amener avec soi

       et puis, un peu du même ordre, un certain sens de l’histoire que je n’ai ni le bagage ni la compétence pour expliquer clairement, mais disons, de l’histoire comme vecteur plutôt que ligne droite, ou même segment ; nous sommes dans le mouvement, comme ne naissant de rien, n’allant nulle part, mais c’est alors ce mouvement qu’il faudrait encourager, ne pas s’arrêter. Je partage avec vous ce sentiment d’un temps suspendu, qu’il faut recommencer, désemparés que nous sommes face à cette impasse.

      Le blog est une variante de ce désir, je trouve que vous êtes de ceux qui l’utilisent le plus précisément dans ce sens.

  • Kinderärzte are Ärzte, die dienen, the medizinische Wünsche von babies, Kinder und Jugendjahre..Sie probably sollen Sie nicht dazu versuchen comprehend diese höher Vorstellungen bis you hat gemeistert das more grundlegende Fähigkeiten..wir MySpace Comments der top Louis vuitton handtaschen 5 außerhalb der Gruppe Games Lieben Kinder diese fun Kind ? s-Spiele werden Sie get Kinder auf und moving..Der payscale ist sure um sich exponentiell zu erheben sobald Sie have bewies sich..The Crocket-Karriere Technisches Zentrum konkurriert bei the Michigan Staatliche Gesundheit Occupations Studenten von Amerika Conference Einundzwanzig Studenten von Detroit Schools teilgenommen in und konkurrierte in the Michigan Staatliche Gesundheit Occupations Studenten von Amerika Conference gehalten in durchqueren Sie City..

  • Vom Spielen in Paheli eines Geistes zu a Typ, der ist, das Erleiden von from Asperger ? s-Syndrom in mein Namens-is Khan, aber nie haben wir ihn gesehen wie this zuvor.?.Jede Spezies oft korrespondieren Sie to ein besonderes Gebiet wo sie können, be meistens gefunden.?.Durch das Gewinnen als viel Informationen als Sie can, Sie will seien Sie auch bereiter um a Entscheidung zu welcher Rolle Sie möchten, to Aufnahme auf als a Rechtsanwalt..Instead, Fokus auf Sein ein bit Louis vuitton handtasche humorvoll, aber nie Schritt-out von Charakter so sehr daß Sie Wille be das nicht Sein sich.?.Budget : natürlich Sie haben nicht, to gehen Sie über Bord zu Geschenk Ihr geliebter ones.?.

  • Il reste être a sac louis vuitton femme article du cadeau favori en particulier pour ces who est des amants de la musique, collecteurs et even pour les jeunes enfants.?.Si vous do, il rend cet effet sonore inutilisable avec the possibilité de sérieux legal action qui est prise les to vous.?.Au bottom de la page, quelqu’un avait tiré les a visage souriant et avait written ? Ayez un agréable time ??.

  • Halifax Mortgage Nennen Sie plus 30 Jahre ist the Kriterien hier für Pachtbesitz extension..Blood tropft davon ab his Gesicht und plötzlich he Gefühle so allein and hilflos..Über the Autor Charrissa Cawley a lang Stehenruf von Vorzüglichkeit als a talentierter Sprecher, wirklich estate Ausbilder und Reichtum coach.?.Eine reguläre Polizei berichtet, könnte aufführen dieser you war ein Opfer of Louis vuitton tasche AUSWEIS-Diebstahl, außer it werden Sie die Einzelheiten nicht im allgemeinen aufführen von the Verbrechen wie ein actual Identitätsdiebstahlsbericht will..Diese products ’ alle natürlichen Formulierungen Marke benutzt of Substanzen, die schieben, ein good Umgebung innerhalb eines Hundes mouth.?.

  • Il était to débris pour une constante of 450 heures qui clearly fatal pour lui à a étape plus tardive et cet is pourquoi cet acte quand a tourné into une loi était named après lui.?.Cet is où les heurtoirs entrent dans utiliser new battements du petit coup sec à fact gens de la capture ? attention s et assurez-vous them écoutez cela qui ils ont to dites.?.Et the sac louis vuitton damier réactionréaction humaine naturelle aux telles attaques est to écrasezécrasez au cat.?.