Johnny Cash | Hurt
30 juin 2017


Je me suis blessé aujourd’hui / pour voir si je ressentais encore quelque chose / je me suis centré sur la douleur / la seule chose de réel / L’aiguille déchire un trou / La vieille piqûre familière / Essaie de tout tuer / Mais je me souviens de tout


C’est dans la fatigue que j’aurais voulu commencer cette nuit, et c’est elle toujours qui achève tout, c’est dans l’épuisement qu’il faudrait seulement parler, c’est là que la vérité est possible, tendue à bout de bras comme un corps : le soir, quand il fait chaud, quand il n’y a rien demain que la fatigue qui sera là jusqu’à la nuit suivante, c’est un masque qui tombe, c’est la peau nue qui s’expose, c’est s’allonger lentement contre la surface des choses, c’est dire je suis là, c’est être seul soudain, c’est soudain dans la solitude ne plus l’être vraiment, c’est respirer à hauteur de cette vie qui s’échappe, et commence pourtant, c’est l’épuisement, c’est l’autre mot de ce soir, l’autre mot de chaque soir, c’est l’épuisement qui dit la douleur, et dans la douleur, la joie folle d’être en vie, c’est la fatigue dans la douleur qui dit le sommeil vaincu, et le désir plein d’être auprès de la nuit celui qui n’en a pas fini avec elle.



arnaud maïsetti - 30 juin 2017

Tweet




arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_désir demeuré désir _fatigue _Johnny Cash _musique _solitudes