William Blake | « Chanson pour dormir »
3 août 2013



Traduction personnelle des Chants d’innocence
— ici le sommaire des poèmes
— là les carnets de la traduction


De doux rêves répandent de l’ombre
Sur la tête de mon adorable enfant.
De doux rêves aux cours tranquilles
Descendent le long du silence joyeux des rayons de la lune.

Un doux sommeil, de tendre repos,
Tresse sur ce front une couronne d’enfant.
Un doux sommeil, ange bon,
Plane sur le bonheur de mon enfant.

De doux sourires dans la nuit,
Planent sur mon plaisir,
De doux sourire, sourires des mères,
Bercent la nuit, toute la nuit de ce jour.

De douces plaintes, soupirs de colombes,
Ne chassent pas le sommeil de ces yeux,
De douces plaintes, sourires encore plus doux,
Bercent les plaintes, toutes les plaintes des colombes

Dors, dors, heureux enfant,
Toute la Création dort et sourit,
Dors, dors, heureux enfant,
Tandis que penchée sur toi ta mère pleure.

Doux enfant, sur ton visage,
L’image sacrée que je devine.
Doux enfant, autrefois à ton image,
Ton Créateur reposa, et penché sur moi pleura.

Pleura sur moi, sur toi, sur tous,
Lorsqu’il était si jeune enfant.
Toi, son image, toujours tu la vois,
Visage divin qui sourit sur toi.

Sourit sur toi, sur moi sur tous,
Lui qui devint si jeune enfant.
Les sourires d’enfant dessinent Son propre sourire,
Qui bercent paisiblement et le ciel et la terre.

 [1]


arnaud maïsetti - 3 août 2013

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets