JOURNAL | CONTRETEMPS (un weblog)

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 84


24 juillet 2021


Que faut-il ?
Se préparer à la vie future comme au sommeil.
Il est encore temps.
Demain, il sera peut-être trop tard.

Nerval, Pensées


Rêve dense, incompréhensible, interrompu, qui se poursuivait d’un réveil à l’autre toute la nuit — long couloir, portes qui n’ouvraient que sur des portes, sauf que c’était dehors, la rue le soir, que les bêtes s’approchaient dans le dos, qu’elles se jetteraient sur moi si je me retournais — au matin, la fatigue plus grande qu’au coucher d’avoir traversé ce couloir, la ville entière, souffle rauque sur la nuque : dehors, le vent s’était levé dans le ciel lourd sur le point de crever, ce qu’il ne ferait pas.

L’été renvoie d’autant plus à nos enfances qu’elles sont perdues, qu’elles reviennent pour cela et cela seulement : qu’on sache qu’elles sont perdues. Alors, c’est l’été aussi qui semble perdu, quand bien même se déploie-t-il là, devant nous, dans le cri des cigales, la chaleur, la lenteur des soirs : l’été dans le pli de l’année qu’il marque, témoigne aussi d’une fin. Les deuils s’accomplissent. Le soleil les rend d’autant plus accablants, l’indifférence du temps qui passe sur nous comme une charge d’animal.

L’image sur quoi se fermait le rêve paraît indubitable : l’eau montait, à même la ville, mais par en haut ; il ne pleuvait pas, l’inondation prenait lentement, par le ciel, on savait bien qu’il fallait creuser, on n’avait que nos doigts, je m’asseyais, j’attendais que les bêtes se jettent sur moi pour me délivrer.




1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 84


19 juillet 2021


La vieillesse devrait brûler et se déchaîner à la tombée du jour ;
Rager, rager contre la lumière qui meurt.

Dylan Thomas

La salle d’attente est une sorte de couloir aux murs parfaitement blancs sur quoi s’accroche la lumière qui tombe, dehors, avec le poids mort de juillet à midi. J’attends, que faire d’autre : la salle d’attente remplit pleinement sa fonction, toute entière bâtie pour cela et rien d’autres. D’ailleurs, nous sommes plusieurs à attendre. Deux vieilles femmes, venues ensemble sans doute pour s’accompagner dans le malheur — impossible de savoir laquelle est la plus malade, la plus proche de la terre. Elles ont cessé de porter leur regard sur les choses et semblent désormais attendre ; ici, elles accomplissent cette tâche à la perfection. Et un homme, le visage défait, cheveux ras, regard perdu aussi, terriblement inquiet, mais comme depuis des mois, des années peut-être, alors l’inquiétude a fini par fabriquer un visage sur son visage qui est devenu son regard, l’image de sa vie inquiète exposée à qui le regarde. On m’appelle.

Je tends les papiers, la bureaucratie habituelle ; ce n’est pas la première fois, non — mais cette fois, ce n’est pas le poignet, c’est le genou. On me tend un document que je remplis, cochant les cases machinalement : je n’ai ni valve cardiaque ni élément contenant du fer près des yeux ou dans la tête — à ma connaissance — qui pourrait constituer un facteur de risque majeur (la parenthèse précise : décès, cécité). Je coche les cases l’une après l’autre, dans la partie réservée au non. L’homme a été appelé aussi. Il est à côté de moi. Son inquiétude se renforce quand on lui demande des documents qu’il n’a pas ; il videra ses poches et son sac, il aurait vidé son crâne s’il le fallait, mais il doit se rendre à l’évidence première : non, il n’a pas ce document. On lui demande sa date de naissance, qui suffira (à quoi bon donc ce document, si ce n’est pour l’inquiétude et donner l’apparence d’un rôle à la bureaucratie ?) et sa voix traînante, paralysée presque, articule faiblement : le vieil homme est donc né six mois pile après moi.

Ce qui date notre vie n’a rien à voir avec l’âge, les intervalles statistiques où la sociologie nous place — entre vingt et trente-cinq ans ? —, les cartes de réduction qui nous sont réservées (et qui n’existent plus : il faut être enfant ou senior, et pas de milieu). Rien, non. Pourtant, je me sens terriblement contemporain de celui qui, à vingt-deux ans, regardait par la fenêtre de cette chambre de Montorgueil d’où je voyais la ville, et qui écrivait à la dictée ce qui s’y passait. Plus tard, j’ai brutalement pris conscience d’être possesseur d’un passé, comme d’un bloc de sensations perdues, inapprochables désormais. Maintenant, je vivrai avec le regard de ce vieillard de trente-sept ans dont le corps tremblait à côté de moi dans cette salle d’attente de l’hôpital ; en sortant, le ciel était bleu pâle, souverain, indifférent. Midi avait passé et j’avais terriblement soif, je n’ai pas retenu le nom de l’homme aux papiers répandus devant lui, qui n’avait plus que sa date de naissance pour se prouver.




1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 84


17 juillet 2021


Au revers qui paraît l’endroit, au cœur d’une prise sans emprise, au long des heures, à l’orée de l’indéfiniment prolongé de l’espace et du temps, attrape-dehors, attrape-dedans, attrape-nigaud, dis, qu’est-ce que tu fais ? Qu’est-ce que tu es, nuit sombre au-dedans d’une pierre ?

H. Michaux, Poteaux d’angle

On reconnaît les époques de confusion à ce qu’elles jettent sur nos visages le désir de fuir le monde tout autant que celui d’y plonger, pieds joins, mains nues, pour s’expliquer avec lui. Les deux désirs, eux-mêmes confus, on voudrait les fuir ou s’expliquer avec eux : vraiment, on reconnaît les époques de confusion à la confusion qui nous saisit quand il faut envisager le lieu où nous sommes et les lignes de partage. On sait qu’on est une raison de cette confusion, une part d’elle, et le désir de fuite et de combat revient.

Quand la confusion n’engendre pas seulement de la confusion et des désirs, mais le risque de s’abîmer dans l’époque, on rêverait plutôt d’un lac maya en Amérique centrale, où on se laverait matin et soir en regardant les volcans éteints. Mais non : l’époque serait là quand même, ses débats qui se débattent, ses cris imbéciles, l’absence imbécile de cris aussi — cris qui tombent toujours à côté de la cible, et la cible qui se frotte les mains.

Le mardi treize juillet, rue Thubaneau, à Marseille, à deux pas de la Gare Saint-Charles, je tombe au hasard sur l’ancien club des Jacobins d’où est parti en cortège le chant fameux : la date était la même, ce treize juillet — l’année seule changeait. Et dans ce qui basculait dans le changement infime de quelques chiffres, s’engouffrait l’incompréhensible. Les mots de mourir et de libre semblaient dire quelque chose, mais quand on les hurle aujourd’hui, on n’entend rien de ce que les mots jetaient depuis les gorges de 92. Que faire de ces mots ? Les laisser ? En forger d’autres ? Les relever ? Trop usés d’avoir servi, ils sont épuisés. On les entend toujours comme de seconde main, grotesques presque. C’est comme le mot d’amour dans les poèmes médiévaux : je sais bien que c’est tout autre chose que le mot nomme, que ce pourrait être un autre mot.



Reste que les corps qui aimaient ressemblaient aux nôtres ; et les cadavres aussi qui tombaient, tombaient avec les mêmes gestes, partageaient avec nous le même désir nu de vivre encore. Je pense à ces gestes comme je pense aux cités lacustres en pays maya : avec la confusion qui nomme la colère de n’être pas ailleurs, date le désir d’inventer d’autres manières de vivre l’ici, réarme chaque jour.




1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 84


14 juillet 2021


Aussitôt après que l’idée du Déluge se fut rassise,
 Un lièvre s’arrêta dans les sainfoins et les clochettes mouvantes et dit sa prière à l’arc-en-ciel à travers la toile de l’araignée.
 Oh ! les pierres précieuses qui se cachaient, — les fleurs qui regardaient déjà.

Rimb, Après le Déluge

On ne sait pas quoi faire de ce jour : il est toujours trop lent, trop lourd comme un ciel qui précède l’orage (on sait qu’aucune pluie n’en tombera) : oui, ciel increvable appelé à recommencer sans s’accomplir jamais. Puisqu’il serait trop simple de décider ce que serait ce jour, il nous faut faire avec ce qu’ils en ont fait. Alors peut-être que ce jour est comme les autres, mais en pire. On pense aux prisons arrachées à mains nues, mais ce n’est pas cela qu’ils fêtent évidemment, la brutalité politique du soulèvement qui est sans doute même le contraire de ce qu’ils célèbrent dans le bel ordonnancement des patrouilles aériennes. Le Quatorze juillet a autrefois eu lieu deux fois : sur les boulevards et dans le feu d’abord, les murailles qu’on éventrait non pour libérer les quelques fous, mais pour venger dix siècles d’arbitraire ; et l’année suivante, sur un Champs de Mars apaisé, les serments d’union devant les pouvoirs que l’insurrection avait voulu renverser. On est le rejeton de ce hoquet et on voudrait seulement qu’il pleuve.

Sur ces jours, ce sont les deuils qui recouvrent tout, nomment ces heures. Je n’ai pas souvenir d’un été sans deuil ; juillet possède pour lui le poids de la terre qu’on jette sur les corps qu’on pensait éternels. C’est ainsi. Il est juste que ce soit le mois aussi où la nuit recommence à gagner sur le jour.

Image de la France : dans ce village des Alpilles, on a dessiné la carte avec des pierres. Décidément, le monde est ainsi fait que les frontières correspondent : chaque pierre signe un territoire. Que faire de cette image aussi ? Pays comme pierre. Si aucune pierre ne ressemble à une autre, il s’agit à chaque fois de pierres, non ? Il faudrait jeter des pierres sur les pierres, on les verrait se multiplier. On les ramasserait. On les jetterait sur autre chose que des pierres ; sur la première prison levée devant soi par exemple. Les pierres n’ont pas la même densité, et nous autres, pas la même force dans l’épaule pour la projeter avec la même force. Si la Bastille était une image, un symbole, les cadavres n’en étaient pas devant elles qui sont tombés afin que ce symbole soit un appel capable de servir après sa fin. Où trouver des pierres, et où la force de les jeter ?




1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 84


5 juillet 2021


Le néant s’est suicidé,
la création est sa blessure,
nous sommes ses gouttes de sang,
le monde est la tombe où il pourrit.
G. Büchner, La mort de Danton

Je n’avais plus vu la nuit depuis des mois. Est-ce qu’elle manquait, tandis que je ne savais pas qu’elle me manquait ? Le manque se crée malgré soi peut-être, et fore plus loin que soi. Quand je lève les yeux, la nuit est là toute entière, d’un seul coup, et sans nuance, brutalement dressée pour moi seul. Elle venge. Je la regarde longuement avant de rentrer cette nuit-là.

Journal : ce qui écrit les jours où la nuit n’a pas eu lieu. Ce peut être une définition. Je ne lui fais pas confiance, à elle pas plus qu’aux autres ; journal : ce qui résiste à toute approche possible, ce qui devance toute hypothèse de la nommer, ce qui excède en tout.

Impression ces jours de basculer ailleurs ; ce n’est pas l’été, ce n’est pas la fin de l’année, c’est autre chose — c’est l’approche d’août peut-être [1]. C’est la chaleur désormais accablante et pour deux mois. C’est de n’être pas à Avignon, refuser cette année la folie furieuse et la foule, aussi. C’est l’impression de sortir du tunnel d’un an et demi ? (Mais le tunnel semble se refermer encore, dès qu’une lumière timide se fait, alors, je ferme les yeux). La nuit n’est pas l’envers du jour : mais subterfuge fait pour nous ouvrir les yeux/sur ce qui reste irrévélé tant qu’on l’éclaire, disait le poète — mais reste de passé parmi nous pour nous enseigner la seule leçon qui vaille de l’histoire : qu’on la ramasse, et qu’on la prenne dans nos bras et nos lits, qu’on l’y emporte, qu’on la jette sur le jour pour en prolonger les rêves.




1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 84


16 juin 2021


La difficulté de délier, plus grande que la difficulté de relier ;
plus longuement mêlée d’émotion.

Henri Michaux, Poteaux d’Angle (1981)


Fiction (venue du rêve, donc oubliée : je l’invente ici complètement bien sûr à partir de ce qui m’a échappé pour toujours) : une année entière est passée en une seule nuit, on se lève tous dans ce lendemain avec ce trou derrière, comblé par personne ni rien ; la question : est-ce qu’on fait semblant de faire comme si : on reprend où on était, seize juin de l’année en cours ; ou est-ce qu’on décide collectivement de ce saut, et qu’on jette l’année passée avec nos propres oublis ? Et puis, sous la douche brûlante, se dire : fiction, vraiment ; rêve ? J’étais terriblement en retard.

Le mot d’humanité : dans la voiture hier, tard — pas tant que cela, mais je m’étais perdu depuis Château-Gombert, à cause de ce mot de technopôle qui m’intriguait, et la nuit tombait ; je roulais en longeant les bars ouverts, écrans géants, terrasses bondées de qui criaient, qui se prenaient la tête dans leur main, soir unanimement passé à regarder même écran qui donnait sur même pelouse, je roulais fenêtre ouverte en raison de la chaleur, dans le bruit sourd parfois hurlé de ces soirs de match —, c’est Arlette Farge à propos de Bruno Dumont qui l’énonce, lentement, ce mot d’humanité, qui dit combien il pèse, combien il est presque inutilisable à force d’avoir été mâché, craché, porté, et de ce seul fait sali : mais que résiste en lui son énigme, qui le rend décidément incompréhensible — Arlette Farge ne dit pas cela, c’est moi qui me perds dans des pensées obscures en même temps que dans la ville mal éclairée, et ceci explique cela, je rentrerai épuisé.

La chaise est renversée sur les pelouses face à cette mer qui hésite encore à tout emporter, hésite tout aussi bien à s’enfuir. Je cherche la clé. Ce qui ouvrirait le jour en deux, en moi. Je ne la trouverai pas. Il paraît que ces jours-ci tout recommence (encore), et il faudrait faire comme si tout serait relié – que quoi qu’il en coûte, le monde reprenne –, immense désir, comme d’une bourrasque dans la chaleur, de la déliaison : travailler au délié, oui, à se délier de ces temps qui sont si aberrants : tâche, oui ; mais là n’était pas la clé, là plutôt se dressait la grande bâtisse intérieure, aux parois pierreuses : la porte serait à creuser avec tes ongles, et la clé, c’est chacune de tes mains, me disais-je, sous le grand ciel sans vent.




1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 84


14 juin 2021



Si tu écoutes « l’époque », tu apprendras qu’elle te dit à voix basse, non pas de parler en son nom, mais de te taire en son nom.

Maurice Blanchot, L’Écriture du désastre

Écrire ici à intervalles impeccablement irréguliers tient au moins à distance le souci de la continuité, de la rigueur morale face à soi, de la mémoire. C’est peut-être une ruse pour tâcher de ne jamais établir de bilan, du jour ou de la vie ; les bilans concernent les commerces, ou les expériences collectives. Quant à soi, on n’aurait affaire qu’à de l’oubli, et d’une étoile morte à l’autre, faire le tracé imaginaire des points qui s’espacent. Voilà tout.

Quand ce matin, je suis sorti de ce grand hangar où on m’avait convoqué [2], je me suis frotté le bas de l’épaule, songeant à ce qui tenait l’humanité ensemble : pas même la mort, abstraite, solitaire, mais la maladie. Le Pérou s’est réveillé la semaine dernière avec cent mille morts : un ajustement comptable, disait la radio. On habite ce monde, on relève de cette appartenance abjecte : la douleur à l’épaule est un privilège outrancier, on la possèderait comme une ingratitude. La maladie touche, on ne sait pourquoi, tel ou tel autre, avec une gravité imprévisible ; on sait bien pourquoi en revanche, ces vaccins manquent au plus grand nombre : parce que tel est le signe qui donne aux quelques puissants le sentiment qu’ils le sont, et ils ne le céderont jamais, pas même sous la forme de quelques brevets.

Ce panneau renversé, au bord du chemin : un miroir ? Je voudrais relire Le Rouge et le Noir comme à dix neuf ans, dans la colère extrême, avec la sensation inconnue du monde, la certitude qu’il pourrait commencer, là.




1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 84


25 mai 2021



Il découvrit qu’il ne connaissait pas assez la forêt pour pouvoir vraiment la haïr.

Luis Sepulveda


L’image même de ce dans quoi on ne s’enfonce jamais assez, ou seulement pour mesurer qu’on est loin de tout cœur ; il faudrait des bêtes plus sauvages que cette longue plainte d’abeilles, ou un vent moins froid, l’absence de la montre au poignet. La forêt de pins au-dessus des Caillols est l’envers du monde, et ce qui le rend possible ; rend possible qu’on s’y jette de nouveau. Il n’y a pas de contradiction dans le mouvement qui conduit à s’éloigner de la vie avant d’y revenir, il y a un seul mouvement, comme sur les vieilles horloges qui tombent sur elle-même pour avancer le temps.

Arrivé au sommet de la colline, on a une vue imprenable sur les quartiers est, et la prison des Baumettes. Ses toits infranchissables, les miradors ; on pourrait compter les fenêtres qui donnent sur le vide, l’absence d’horizon tendu vers les calanques et la mer. L’image même de ce dans quoi on ne s’enfonce jamais assez : les forêts qui pénètrent le cœur mort de ce monde-là.

Il y a les forêts de Dante, celles qui ouvrent au voyage par-delà tout voyage, obscures et denses, épaisses comme une jungle par où fraie un chemin tordu ; il y a les forêts du Graal, où la merveille surgit comme dans son élément, et l’aventure ; et il y a nos forêts, tracées par les pas lourds des randonneurs : chaque caillou ici a été piétiné, vu, photographié. On fait comme si : comme si on était aussi les premiers dans la forêt obscure, car la voie droite était perdue — et elle l’est, toute chose le démontre, chaque jour le prouve.

Il y aurait pourtant la conjuration des images dans la complicité des forêts, des hurlements des abeilles invisibles : on s’enfoncerait là pour se laver du monde et mieux l’affronter, ensuite, peut-être : trouver des ruses nouvelles pour le précipiter par le fond — ce qui se trame dans nos pensées quand on tourne le dos aux Baumettes, à la mer, et à toute forme de ciel.




1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 84


13 mai 2021


Autrefois, quand la terre était solide, je dansais, j’avais confiance ;
à présent, comment serait-ce possible ?

Michaux, Lointain intérieur


Il n’y avait pas un nuage dans le ciel, ce soir-là ; la voie semblait libre. C’est alors qu’une masse brumeuse, lointaine, éparse, s’est assemblée pour intercepter, dans l’impeccable, la trajectoire du soleil — et tout aura été plongé dans le froid ce seul moment où je suis sorti pour respirer dehors. Il ne faut pas chercher longtemps les images qui nomment ces jours. Ne pas refuser trop violemment les clés aux énigmes qui ne sont pas posées.

J’attendais un événement, quelque chose d’évident et de sûr, pour revenir écrire ici ; ce journal ressemble de moins à moins à un journal, avec ces notes écartées comme des étoiles, et tant pis pour moi, les étoiles sont de toute manière peut-être éteintes déjà pour la plupart. Non, c’est faux, je n’attendais rien : seulement, les heures manquent à mesure que les tâches s’accumulent, et leur retard. Il ne faut jamais attendre, c’est pourtant une loi élémentaire.

Si je fais le compte de ces jours, il y aura eu en désordre des lectures graves et importantes [3] ; beaucoup de vent ; plusieurs colères ; la joie de l’occupation du théâtre national de Marseille ; la découverte du fado. Cela ferait une semaine ? Davantage.

Je me déplace dans les rues de Lisbonne en caméra embarquée. Je ne comprends rien à cette ville, à ce que je vois. Une ville de ce côté de l’écran n’est qu’une image écrasée par son hors-champ ; il y manque ce qui fait d’elle une ville. Alors, je ferme les onglets, et regarde, vue du ciel, le lac Champlain par où passent désormais des frontières — je tâche mentalement de m’en défaire : peut-être qu’écrire, ces jours, ne se fait qu’à ce prix, à cette opération impossible, alors je m’y livre avec les forces qui me restent.


On détache un grain de sable et toute la plage s’effondre, tu sais bien.




1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 84


5 mai 2021



Quand je commence à écrire après m’être interrompu assez longtemps, c’est comme si je tirais les mots du vide. En ai-je obtenu un, je n’ai encore que celui-là et tout le travail recommence.

Kafka, Journal (le 14 décembre 1911)

Soudain les arbres explosent d’ombres sous les pas, personne n’était préparé. Que le monde recommence semble d’abord déplacé, vaguement écœurant même ; l’indifférence du monde comme si nous n’étions rien, comme si toute cette réalité valait cette peine. Elle ne la vaut pas, plutôt qu’on l’abandonne dans un coin de cette existence, et qu’on n’en parle plus. Mais les martinets reviennent, et les feuilles aux platanes. Il y a des jours qui succèdent à d’autres. Il faut soudain s’assoir dehors, et on n’a pas froid. On regarde le jour passer comme s’il était possible. Il fait nuit, mais ce n’est pas si grave. Alors, on considère de nouveau le miracle des recommencements : on tâche de lui arracher le secret.

Ce n’est pas vrai que le monde soit condamné à n’être que cela, cette époque-ci, qui ne cesse de jeter ses regards sur le pire du passé, et sur le plus médiocre des avenirs. Aujourd’hui, il fête la mort d’un Empereur plutôt que la naissance de Marx. Oui, l’histoire n’existe que pour choisir ses camps. Ce n’est pas vrai qu’elle soit vouée à n’être qu’une fosse commune où pourrit ce qui pourrait venger nos morts.

Sur la page, ces jours, les mots manquent pour dire le vent, la salubrité manifeste du vent, les arbres dans le vent. Est-ce qu’en langue algonquine on possédait mille et un mots pour le dire ? Je le crois. Le mois de mai a commencé et avec lui comme toujours des promesses, des désirs, la folie de penser que tout pourrait se renverser. Décidément, la seule aide qu’on pourrait apporter à ce monde consiste à le précipiter dans un gouffre. Je lis les récits de création chez les Premières Nations comme si je devais y trouver le secret. Je sais qu’il y est. Je chercherai encore demain, et après-demain. Et le jour d’après, en désespoir de cause.



arnaud maïsetti | carnets



se retrouver dans un état d'extrême secousse, éclaircie d'irréalité, avec dans un coin de soi-même des morceaux du monde réel.

antonin artaud